Le plaisir incomparable d’une pause thé

Nous sommes lundi et la semaine a commencé à 200 à l’heure. Se remettre dans le bain après un bon week-end de détente, répondre à tous les mails, réceptionner une livraison remplie de nouveautés pour la boutique, traiter les commandes du week-end, définir le planning de la semaine, préparer une réunion (et s’y rendre, forcément^^). Avec comme invités surprise la pluie et ce ciel tout gris, trop triste pour la fin d’un mois de mai. Je n’ai qu’une envie : faire une pause et prendre le temps d’un thé. Ces derniers temps, mes journées ont été tellement chargées que j’ai à peine eu le temps de boire du thé, sauf au petit déjeuner. Aujourd’hui j’ai enfin pris le temps de savourer une pause tea-time…

Première étape : choisir la tasse. Une nouveauté reçue ce matin, forcément. Pour le plaisir et l’envie de la prendre en photo. Puis la théière, offerte par une amie. Ensuite le choix du thé. L’énigme. Toujours la même difficulté de n’en choisir qu’un. Envie d’un thé vert et de quelque chose de fruité. Ce sera donc un thé vert à la fraise et à la framboise. L’eau chauffe, l’impatience augmente au fil du crépitement de la bouilloire.

Le moment vient enfin de porter à mes lèvres cette tasse pleine de promesses. Première gorgée… le silence… plus rien autour de moi n’existe. Le plaisir est tel que je ferme les yeux et n’entends plus que le chant de la pluie qui ne cesse de tomber. Un moment ressourçant comme je les aime. Prendre le temps d’un thé est devenu un luxe ces dernières semaines. Comme c’est agréable…

tasse-jaune

Le tea-time a ce don incomparable de ressourcer, procurer un immense plaisir et donner l’énergie nécessaire pour terminer la journée. Ce tête à tête avec ma tasse m’a fait un bien fou. Je peux terminer ma journée de travail. Jusqu’à la prochaine tasse… <3

N’hésitez pas à me raconter vos pauses tea-times préférées en commentaires ;-)

Un commentaire sur “Le plaisir incomparable d’une pause thé

  1. Avatar
    Hécate Lomëwen says:

    Oh que je te comprends !
    A mon travail l’eau est « chauffée » via la machine pour couler le café hospitalier, pas toujours à bonne température…
    J’apporte des sachets de thés en vrac que je conditionne moi-même avec les thés dont je ne raffole pas des boxes (pas ChakaïClub, ce serait sacrilège !) ou dont je me suis lassée .
    Ce n’est pas le meilleur thé que je peux boire, n’empêche que cette tasse est drôlement salutaire bien des fois !

    Sinon de retour à la maison, c’est l’instant où je me pose où je souffle. Souvent c’est un bête Earl Grey voire un joli Tie Guan Yin qui viendra à mon secours (pour les retours du soir).
    Là j’oublie tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0